BeTUME #003 : NIKE AIR FEAR OF GOD 1 TRIPLE BLACK

LE MODÈLE DE BASE TIRAIT DÉJÀ SON ESSENCE DES ANNÉES 80 ET 90. AVEC LA « TRIPLE BLACK », ON EST EN PLEIN DEDANS.

 

 

Clairement à la rédaction, on est tous fans de la « Nike Air Fear of God 1 » depuis le début. Sous ses airs de chaussures de ski, se cache un modèle fait pour le sport et particulièrement pour le basket avec un renfort au talon et à la cheville associé à un revêtement souple mais des lacets gigantesques à enrouler autour de la cheville, une des signatures de la marque Fear of Gold. Le travail de son patron Jerry Lorenzo s’est basé sur ses souvenirs d’adolescence, sur le sentiment d’un gamin qui découvre une paire de sneakers pour la première fois. Bon, un gamin issu d’une famille aisée car n’oublions pas que nous sommes dans le domaine du streetwear de luxe. Mais dans la démarche, le designer californien a voulu jouer sur l’émotion avant les performances.

Depuis sa release en 2018, on a eu droit à plusieurs déclinaisons de coloris dont le sobre mais élégant beige sur le modèle « Oatmail ». Par contre, on est un peu moins fans des récentes versions basses nommées « Fear of God Raid » et encore moins des aplaties « Fear of God Moccasin » mais là on s’éloigne un peu du sujet.

Aujourd’hui est donc rendue disponible le coloris « Triple Black » qui comme son nom l’indique occupe toute la surface de la chaussure. Une sobriété absolue qui donne encore plus de classe à l’ensemble. Pour les fans de basketball américain, on se rappellera de cette tendance du noir dans les années 90 avec le look (et le niveau) du 5 majeur de l’équipe de l’université de Michigan (le célèbre « Fab 5 » composé de Chris Webber, Jalen Rose, Juwan Howard, Jimmy King et Ray Jackson) qui portait des shorts gigantesques et arborait des chaussures noires. Un code couleur adopté par des bad boys des parquets. On se souvient aussi que le noir (et le rouge) était apparu à la fin des années 80 sur les Air Jordan du Michael Jordan. Un choix qui avait d’ailleurs été sanctionné par la NBA qui n’autorisait que le blanc à l’époque. Fort heureusement, le courant pu par la suite se démocratiser.

Avec la « Triple Black », nous ne sommes évidemment pas dans la rébellion mais force est de constater qu’elle a du cachet. Il vous faudra quand même réunir 350€ pour vous les procurer.