Vernissage de la soirée PROFONDEUR DE CHAMPS

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 12/04/2014
Toute la journée

Emplacement
PETIT BAIN

Catégories


Vous le savez, Profondeur de champs organise une grande soirée pour fêter ses 2 ans le samedi 12 avril à Petit Bain. Mais outre la fameuse soirée qui commencera à minuit – avec les DJs et collectifs Cracki Records, Mawimbi et Cleymoore – l’événement sera l’occasion d’exposer les œuvres et photographies ainsi que de projeter les films de ceux qui font l’identité audiovisuelle de Profondeur de champs. Cette exposition qui se déroulera à la « Cantine » de Petit Bain – et sur sa terrasse ! – vous permettra aussi de rencontrer les artistes eux-mêmes, ainsi qu’une grande partie de la rédaction de Profondeur de champs, aujourd’hui riche de près de 100 auteurs. Deux DJs mettront le vernissage en musique : Johnson De Christensen et Alban de Prise de son.

SAMEDI 12 AVRIL
Vernissage de la soirée PROFONDEUR DE CHAMPS
Djset, expo, vidéos
21h-02h / Entrée Libre

● Entrée libre pour le vernissage – Les donateurs du crowdfunding ainsi que les artistes du vernissage sont également invités à la soirée « club ». Pour tous les autres, préventes disponibles ici

● Pour tous les donateurs du crowdfunding qui n’ont pas récupéré leurs contreparties (T-shirts, photos etc), vous pourrez le faire au vernissage.

▬▬▬▬▬▬▬▬ ARTISTES EXPOSÉS ▬▬▬▬▬▬▬▬

● Florentin JUILLET (Photographie)
Illadelphia, 2012
Chaque image a une histoire. C’est toujours au détour d’une anecdote, d’un hasard de parcours, d’une rencontre impromptue que Florentin Juillet raconte ses clichés, pris l’an passé aux Etats-Unis. Il nous livre ces quelques instants de vie captés par la photographie, par ces images furtives, surgissant comme des morceaux de réalité, au cœur de la ville américaine. C’est guidé par son professeur, Tony Ward, spécialisé en photographie érotique, cheveux laqués et lunettes décalées, que Florentin développe dans sa photo un regard précis, très inspiré par le graphisme de la bande dessinée.
Article PDC : http://profondeurdechamps.com/2013/01/19/illadelphia-un-regard-francais-dans-le-chaos-urbain-damerique/

● Félix de MALLERAY (Photographie)
Les Gueules Noires, 2013 Février 2013, Félix de Malleray prend la direction du Nord-Pas-de-Calais. Pendant un mois, il y photographie les anciennes mines et fabriques de charbon de la région, traces du passé industriel français. Le résultat de cette initiative est une très belle série de vingt clichés, Les Gueules Noires. Son travail a beau être fondé sur une démarche documentaire, il est éminemment esthétique. « Je savais dès le début de mon travail quelles contraintes je m’imposerais, et quels effets je voulais donner à mes photos : une série prise en très grand angle, en noir et blanc, avec des noirs bouchés et très denses ; Je voulais que mes photos soient aussi noires que le charbon extrait autrefois des mines. Il fallait qu’elles rendent cette impression d’abandon et de tristesse que l’on ressent quand on se rend sur les lieux ».
Article PDC : http://profondeurdechamps.com/2013/07/17/felix-de-malleray-des-photos-aussi-noires-que-le-charbon-des-mines/
http://felixdemalleray.com/

● LE KOLAJ (Collage)
« La prolifération des images et de l’information sur Internet amène les gens à vouloir se les approprier en les détournant » nous confie le Kolaj. « En cela, le collage est un art pour notre temps, dans la mesure où il cherche à donner du sens à ce flot d’images, en les sortant de leur contexte, ce qui est une manière de les réactiver ». Cet artiste touche-à-tout (il travaille également la photographie et le dessin) crée des associations d’images les plus inattendues les unes que les autres ; Tourmentées, surprenantes, méditatives, ses œuvres viennent interroger sans répit le sens et l’énergie qui se dégagent des images qui nous entourent.
Article PDC :http://profondeurdechamps.com/2013/10/13/le-kolaj-le-collage-est-un-art-pour-notre-temps/
http://lekolaj.tumblr.com/

● Adélaïde de SAINT MARC (Dessin et Peinture)
Adélaïde de Saint Marc est étudiante en troisième année à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris au sein de l’atelier de Dominique Gauthier. Nous avons découvert la richesse de sa créativité, sa sensibilité aux couleurs et sa technique très aboutie et personnelle du fusain. Dans ses œuvres, elle donne au spectateur un territoire à explorer. Elle l’invite à voyager dans des paysages issus de son imagination et tendant toujours plus vers l’abstraction. Elle s’inspire des couleurs vives d’artistes tels que David Hockney mais aussi des traits sinueux des estampes japonaises.

Tarifs : Gratuit