TOKYO SEX DESTRUCTION + HENRI HERBERT + WHODUNIT

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 27/01/2016
20 h 00 min - 23 h 00 min

Emplacement
PETIT BAIN

Catégories


 

Depuis 2003 et son premier album, « Le Red Soul Communittee », Tokyo Sex Destruction prône la révolution par la soul music.

 

MERCREDI 27 JANVIER
TOKYO SEX DESTRUCTION
+ HENRI HERBERT
+ WHODUNIT
20h / 15€ en prévente*, TR, habitants du 13eme / 18€ sur place
*hors frais de location

Depuis 2003 et son premier album, « Le Red Soul Communittee », Tokyo Sex Destruction prône la révolution par la soul music. Comme son nom ne l’indique pas, TSD est un groupe catalan, fan du MC5 et de Sly & the Family Stone. La rumeur a longtemps couru que James Brown avait un petit-fils caché qui vivait à Barcelone… Après le dernier album en date, Sagittarius, le groupe a failli avoir la peau de RJ Sinclair, mais il est toujours aux commandes, toujours aussi fou sur scène, avec un nouveau line-up depuis 2013 : David T Ginzo, Titi & Jon-Lee. Aux dernières nouvelles, ils enregistrent et prévoient un single pour 2016 !

TOKYO SEX DESTRUCTION Comme son nom ne l’indique pas du tout Tokyo Sex Destruction, vient d’Espagne, plus précisément de Catalogne, fan de rock 60 / 70’s et plus spécialement des MC5 . Le groupe fait vibrer les membranes de nos enceintes à partir de 2003 avec un premier album, Le Red Soul Communitte, le groupe enchainera alors les sorties, façon 70’s et pond en 2004 Black Noise is the New Sound puis en 2005 5Th Avenue South. A chaque album Tokyo Sex Destruction prouve un peu plus qu’il n’est pas un simple groupe de revival rock, comme on en a vu à la pelle ces dernières années, mais bel et bien un groupe qui transpire la rock’n roll à chaque note. Gregg Foreman (the Delta 72, musicien de Cat Power…) s’est chargé de produire leur quatrième album The Neighbourhood en prenant soin de valoriser un son chaud et organique.
https://www.facebook.com/TOKYO-SEX-DESTRUCTION-41551245145

HENRI HERBERT ’Comme si Jools Holland était possédé par Jerrry Lee Lewis et le diable lui-même » Jon Aizlewood
Henri Herbert est un pianiste phénoménale et définitivement l’un des meilleurs joueur de blues au monde. L’ancien pianiste des acclamés Jim Jones Revue poursuit maintenant sa propre route
https://www.facebook.com/henri.herbert
http://www.henriherbertmusic.com/

WHODUNIT Le gang parisien n’a pas pour habitude de faire dans la dentelle et, fidèle à leur habitude, ils ont enregistré ce 3e opus sous la houlette de Lucas Trouble en sa crypte démoniaque du Kaiser Studio avec, pour l’occasion un nouveau guitariste en la personne de Pascal des Norvins. Une production toute en puissance, à la fois organique et malsaine libère leur énergie vitale par spasmes frénétiques en de brulantes décharges de magma en fusion ! Cet album est plombé, monolithique, explosif… Les guitares sont méchamment affutées, elles savent inciser comme des rasoirs mais aussi tronçonner sauvagement quand monte la tension. La section rythmique martèle inlassablement, massive, primale… voire tribale, soutenant allègrement la création de ce bouillant maelström. Perchée sur ce sol chaotique, sulfureux, se dresse la voix déglinguée de Didier Whodunit éructant à chaque coin de refrain en un long râle rageur et possédé…

De brulots furieux (« Welcome », « So Bad » ou « Bird in a Cage »), en blues acides aux réminiscences psychédéliques (« Hangover », « Highway 31 ») en passant par des covers téluriques (« Fire of Love », « Big Black Withcraft Rock ») Whodunit construit un univers animé de relents garage punk grinçants, viscéraux et un brin hystérique ; un monde hanté par les fantômes des Cramps, Meteors, Gun Club et autres Dead Kennedy’s !

Décidément ces gars là ne sont pas là pour rigoler !

Tarifs : Preventes : 15€ / Sur Place : 18€

Billetteries :
Weezevent