Kit Grill. Deux syllabes comme un gimmick pour un londonien très discret faiseur d’images et de son. Avec un EP sorti l’an dernier  et un 1er album minimal et léché, le sobre Kit se détache de la scène musicale londonienne actuelle. Caché derrière l’´élégante simplicité de ses vidéos et illustrations monochromes se cache un artiste sans prise de tête qui pourrait vite se démarquer du paysage électronique Outre Manche.

Dis nous en un peu plus sur le projet Kit Grill, d’où tu viens et quand as-tu commencé la musique ?

Je suis de Londres et j’ai commencé la musique en 2010. En mars 2013 j’étais prêt à partager quelques unes de mes idées et j’ai sorti mon 1er EP Expressions sur mon propre label Primary Colours.

Et le nom Kit Grill, il vient d’où ?

Kit est mon surnom depuis toujours et Grill est mon nom de famille.

Tu as sorti ton 1er album Mirror Image il y a peu de temps, peux-tu nous raconter comment tu travailles ta musique: ton processus de création si tu l’as identifié, ton approche de la production?

Je fais de la musique tout le temps. Lorsque je ne fais pas de la musique je réfléchis, je travaille mes idées. J’ai des périodes intenses pendant lesquelles je fais vraiment de la musique, je travaille mes sons et j’abouti mes morceaux. En ce qui concerne la production, en général les rythmes et les percussions arrivent en premier et le reste suit naturellement. Je dirais que la raison pour laquelle je fais de la musique pour la catharsis offerte: c‘est une façon de s’exprimer sans avoir à s’expliquer. Les gens aiment ou détestent.

Et pour l’équipement ça se passe comment ?

Voilà la liste: Une chaise plus ou moins confortable, une table quelconque, un ordinateur aussi connu sous le nom de  «bébé », un clavier à moitié décent, des samples, du café, quelques plantes, de l’électricité, du papier, un stylo… et moi-même.

 

 

Les motifs que l’on retrouve sur ton 1er album sont clairement minimalistes…dans les différentes critiques trouvées sur le web ta musique est décrite comme « ambient » ou « avant-garde ». Comment tu décrirais ton esthétique ?
Je pense qu’ambient et avant-garde pourraient décrire ma musique d’une certaine façon. Cependant, la musique sur laquelle je travaille en ce moment est vraiment différente (de l’album Mirror Image) et j’ai vraiment hâte de la sortir. Avec Mirror Image, je voulais faire un album que les gens puissent écouter à la maison. A cette époque j’écoutais beaucoup d’Erik Satie, du Phillip Glass mais aussi Bill Evans et Aphex Twin (ses sons les plus posés). J’ai toujours été attiré par le minimalisme alors ça me semblait naturel d’utiliser une palette limitée pour mon 1er album. Je pense que je voulais aussi sortir cet album pour aller au bout de certaines idées et pouvoir passer à autre chose musicalement…travailler sur de nouveaux sons.

Tu commences à jouer de plus en plus de concerts, comment est-ce que tu approches le live avec cet album? Est-ce que tu penses essentiellement retranscrire l’esprit de l’album ou est-ce que tu t’autorises quelque chose de plus intuitif ?

Le live est quelque chose sur lequel je travail actuellement…Je travaille sur des images, des vidéos. Je tente de créer une performance dans son ensemble. Pour l’instant un ami a mois joue des percussions (cymbales et caisse claire) et je me charge du clavier…Dans le future les concerts seront plus cinématiques avec un vrai décor.

 

J’ai lu que tu avais co-réalisé la vidéo de Figure One [lien], et ton site Internet te présente comme un faiseur de sons et d’images…tu veux nous en dire plus sur le côté visuel des choses?

J’ai utilisé une de mes peintures pour le visuel de mon 1er EP Expressions, et une de mes photos pour mon 1er album Mirror Image. Je viens aussi de mettre énormément d’images prises au cours de ces cinq dernières années sur mon site Internet. Je pense en rajouter toutes les semaines…Pour les vidéos, je suis à nouveau parti d’une idée puis j’ai trouver des gens avec qui les concrétiser…Que ce soit pour la musique, la peinture ou la photographie l’approche reste la même…ce sont des moyens de présenter une idée mais en aucun cas je ne cherche vraiment à les expliquer…j’aime les choses telles qu’elle sont actuellement donc tout va bien!

Entretien réalisé par Carine Bourgogne

Share This