Mémoires Vives où l·album à la genèse politique des concepteurs du groupe Steus.Trois des producteurs, Vgtah, Dj Laize et 5kiem nous présentent cet opus et leur label, Folistar.

Mémoires Vives, première sortie de votre label Folistar ?

Mémoires VivesL’album vient d?être fait sur Folistar, un label indépendant distribué par United Music Company qui a été monté il y a un an, l?activité n?est pas que la production hiphop mais aussi musiques électroniques. On avait sorti un maxi house l?année dernière. Les gens nous connaissent peut être via le studio/association Folimer à Montreuil dans lequel plusieurs groupes indépendants ont sortis leur maxis ces trois dernières années, Rimsland, Meurso et Fono, Dyslexie, Féross, STA, l?association organise également des ateliers musicaux et graphiques, dj, musique assisté par ordinateur, graffiti, le studio devient ainsi un outil technique et culturel, accessible à tous.


Le studio de musique Folimer et le label Folistar sont proches. Folimer nous a permis d?enregistrer pour Folistar puisque ce sont les mêmes personnes qui composent les deux structures mais le studio n?est pas destiné à être une plate forme du label pour d?autres groupes, le studio d?enregistrement a vraiment sa vie autonome. A la base on forme le groupe Steus à la base, trois mc?s et trois concepteurs sonores, on a sorti deux maxis en 98 et 99, avec une face hiphop et une face house, c?était un pari à l?époque de faire quelque chose de différent au moment de l?explosion de la french touch. On rappe également sur un morceau de Mémoires Vives où on a invité Majistah, un mec d?Evreux qui tournait beaucoup avec le Nid 2 Serpents, avec qui Vgtah forme aussi un duo.


Comment est venu l?idée de l?album Mémoires Vives ?

Mémoires Vives Vgtah a eu l?idée de ce terme précédemment aux évènements du 21 avril de l?année dernier. On trouvait intéressant cette projection passé-future, Vgtah a fait un reportage avec les Films de l?impasse sur les élections présidentielles et la présence du Front National au deuxième tour, un documentaire sur la médiatisation du soulèvement civique suite au résultat du premier tour avec les manifestations. On a été absorbé par ce film et on s?est retrouvé avec l?envie de faire un projet lié à l?actualité, on a un peu flippé sur notre statut d? association, toute notre démarche d?atelier musical aurait pu être remis en cause si le Front National était passé au second tour, on s?est dit tout simplement que on aurait pu disparaître. Les mois ont passé, l?effervescence s?est dissipé et on a voulu à notre façon parler de se phénomène du souvenir, de mémoire. Donc l?album est parti d?un évènement politique, après au niveau de la thématique, les groupes invités pouvaient parler de ce qu?ils voulaient , il y avait 3 dérivés du thème : « rapport à la conscience personnelle ou collective », « projection dans le futur », « traumatisme personnel ».


Le choix des artistes ?

On a pris des artistes avec qui ont avait eu un bon feeling, qui étaient venu enregistrer au studio, on voulait des gens carrés et gérables, avec des textes, de la technique et une forte identité. D?autres personnes sont le fruit de rencontres comme D? de Kabal que Vgtah a rencontré lors d?un slam, Jamalski que D? nous a présenté ou La Caution qu?on ne connaissait pas mais dont on appréciait le travail et l?identité qu?ils dégageaient. Il y a d?autres personnes qu?on aurait aimé avoir sur l?album comme Looptroop, on s?est raté de peu, La Rumeur étaient d?accord mais après problème il y a eu un problème d?emploi du temps, comme pour Java et Hocus Pocus. On a regretté également que seulement deux des membres de Dyslexie (Touma et Cyclone) soient présents sur le morceau.



Vous produisez tout l?album, comment s?est fait le travail sur les sons ?


Mémoires VivesVgtah et Quatro sont les deux producteurs du collectif qu?on retrouve le plus sur l?album. Vgtah a véçu un moment 24h/24h au studio, il a produit 70 sons en trois moi, Quatro une trentaine. 5kièm et Dj Laize ont eu aussi apporté leurs instrus. Au départ on avait 110/115 instrus, on en a gardé 70. Les groupes ont fait ensuite leur choix parmi ces 70 sons. Au niveau de la production, Vgtah travaille sans sampler, juste un PC et un sampler interne avec rédécoupage ensuite en audio


Vgtah « Niveau sample on marche vraiment au hasard, perso chez moi j?ai 400 MP3 de sons, on ne sait pas où on va quand on choisit un sample, on construit l?harmonie au fur et à mesure, tout dépend de nos humeur, niveau rythmiqus on est hyper ouvert on ne se limite pas à du 90bpm, on va aussi bien dans le 60 ou dans le 120 ».


Pour 5kièm, c?est différent, il a d?abord travaillé sur un sampler Yamaha A3000 avant de se mettre au sampler virtuel sur ordinateur : « les puristes parlent de l?importance du vrai sampler mais avec les logiciels d?aujourd?hui avec une configuration minimum sur PC on peut faire de très bons sons, très propres, c?est pas une question de grosse machine, le sampleur virtuel ne change pas grand chose pour moi dans la mesure ou le grain tu l?as par rapport à ta carte son et puis après tout à été mixé sur la table (Macki) qu?on a au studio Folimer, on a retrouve ce côté analogique, type bande. Le sampler virtuel est pour moi beaucoup plus simple qu?un sampleur type MPC, pas d?opération technique type rentrer dans les pages, les menus. Après concernant le rendu du son, les plug in et les équalisations que tu peux mettre sur ton pc te permettent justement de retrouver ce côté analogique. Après je comprends tout à fait les gens qui travaillent depuis longtemps sur sampleur et qui ont leur habitude ».


Dj Laize quand a lui, n?utilise plus de sampleur, il joue tout sur PC grâce aux plug in comme le piano virtuel. Autrement on a ajouté plusieurs instruments live sur l?album, les basses ont souvent été joués, il y a eu également du djambé, des cuivres, de la trompette, du saxo sur le morceau de Meurso et Fono, des élements acoustiques qui sont ensuite réorchestrés, resequencés, le son de trompette que tu samples et celui de la vraie trompette jouait live en studio ne sonneront jamais pareil. On voulait vraiment que les instrus soient riches et puissent s?écouter à la limite sans rappeur et même si on aime le travail sur les loop on ne veut pas se limiter juste à ca,. On déteste les séquences qui se répétent sur x temps avec juste un charley ou une note de basse en moins dans le refrain. Les breaks de 45 secondes ça nous gonfle.


5kiem « On peut même parler de compositions avec les samples dans la mesure ou tu les a en Midi tu peux même changer l?octave, tu peux les faire jouer sur différentes notes donc quelques part c?est aussi de la composition., même si à la base c?est une boucle samplée de 5 secondes, à partir du moment ou tu la rejoues sur plusieurs notes, c?est de la composition ».


Mémoires VivesDans l?ensemble la couleur des productions est relativement sombre, on a avant cherché à ce qu?elles dégagent une émotion, a créer une ambiance négative ou positive, le pire c?était d?éviter l?indifférence, qu?à l?écoute d?une instru, il ne se passe rien. Pour l?anecdote par exemple, 5kiem qui a mixé tout l?album a été très dérangé par le morceau de D? une sorte de répulsion. C?est un morceau qui nous a marqué, Vgtah particulièrement. Lors de l?enregistrement, c?est le seul morceau où on a éteint les lumières dans le studio en attendant ce que D? allait dire au troisième couplet. Au mixage 5kiem, avait vraiment un problème pour mixer le morceau, et paradoxalement malgré sa répulsion il trouvait qu?on entendait pas assez sa voix et il a rajouté de la stéréo dans sa voix, résultat : on sent qu?il est quasiment là, sa voix en tant que narrateur ressort vraiment bien et étant donné l?histoire, il fallait qu?on comprenne vraiment chaque mot, chaque phrase. D?ailleurs tout le travail de mix sur l?album a été très important, très pointilleux. On est vraiment content du résultat comme celui du Meurso et Fono qui donne la chair de poule à chaque fois. Un morceau pas calibré, pas formaté, pas académique sans refrain et on est content qu?il reçoive un si bon accueil en radio. D?ailleurs on prépare un clip de ce morceau. Et le clip d?un des deux inédits, le morceau de Vgtah avec son père, lié à la genèse de mémoires vives, avec la reprise de discours de Sarkozy et des images liés au reportage qu?on avait filmé sera disponible sur le cd bonus offert avec l?album pour tous ceux qui l?achèteront à la Fnac.



Un mot sur le morceau final de Richard Aubin ?


Mémoires VivesOn a rencontré ce gars qui est venu enregistrer son disque chez Folimer. C?est un doux dingue, un sampleur vivant qui peut te faire n?importe quel bruit, il est allé dans la forêt amazonienne et fait du chant ethnique / tribal comme les chants tibétains entre autres. Son morceau est un morceau caché à la fin de l?album, on a voulu essayer quelque chose d?inédit musicalement, reliant son délire éthique avec des sons plus électro. Ce qu?il faut savoir sur ce morceau c?est que tout le langage qu?il utilise pour raconter son histoire est complètement inventé et n?existe pas, tu as l?impression d?écouter une histoire et en fait c?est n’importe quoi. C?est plus un morceau d?ambiance, un coup de c?ur et un pied de nez pour montrer autre chose qu?on peut vouloir défendre notamment pour Dj Laize, il n?y a pas de rapprochement sémantique avec le thème de Mémoires Vives, ça nous a fait halluciné que certaines radios l?aient mis en playlist. D?ailleurs on réalise un album pour lui, il a même repris deux instru de Vgtah pour son album (celle de Féross et de Zeegwell).



Les morceaux où le thème a été le plus abouti ?


5kiem : « Zeegwell sans hésitation, ils ont dépassé le thème et ils sont allés sur la société de consommation, le rapport aux médias, l?homme machine, le fait que tout soit formaté au niveau de l?info, j?ai vraiment trouvé le texte très fort. »


Dj Laize : « Le morceau de Kendina, « Mémoires d?un mulâtre », j?ai bien aimé la petite partie d?arbouka jouée à la fin ».


Vgtah : « Le morceau de Loko. J?ai beaucoup aimé ce côté rap fantasme/rap réalité, continuer à y croire à 30 ans avec son sac à dos?sinon le morceau de D?de Kabal et sa mécanique textuelle très impressionnante, celui de Dyxlexie, un vrai morceau sur le délire mental, celui de Meurso et Fono, un scénario dont ils nous ont fait un vraie film, du texte/image dont nos sons sont la trame. On est content aussi de notre morceau Steus avec Majistah et la façon dont on a parlé des trois pathologies liées à la mémoire. L?aspect comique du morceau avec Dabaaz a apporté aussi une bonne touche à l?album. »



Le futur du label Folistar ?

Il faut pas se leurrer, si l?album marche on pourra ressortir des projets dans la foulée, ceux de gens avec qui on travaillent depuis quelques temps déjà, Frer200, Dyslexie, Meurso et Fono, sinon on mettra peut être 2 ans pour ressortir quelque chose. On ne court pas après le pactole et le jackpot, simplement avoir les moyens de refaire d?autres trucs. Vgtah a fait son album solo pendant qu?il vivait au studio, disponible gratuitement sur internet et il prépare également un reportage sur les SDF, le Slam et un DVD sur les homestudios, un documentaire sur lequel il travaille depuis 3 ans, il est allé dans les chambres des producteurs aussi bien chez Drixxxé, El Ness (Kroniker) ou Nikkfurie comme dans le fin fond du pays basque voire comment se déroulait le processus de création musicale. Un reportage accès sur le hiphop mais pas uniquement, il y aura des producteurs de musiques électroniques et de jazz, histoire de sortir du nombrilisme du milieu hiphop.

Share This