Producteur un peu trop vite catalogué dans le r?n?b, Cutee B a mixé les deux derniers albums de Triptik. Rencontre avec un musicien versatile, tour à tour dj, ingé son et trompettiste.


Cutee BComment s?est passée la rencontre avec Triptik ?
On se voyait assez souvent à l?émission Bumrush, on s?est capté là bas. J?ai fait une mixtape de rap américain et comme j?aimais bien ce qu?ils faisaient et je leur ai demandé de venir poser des freestyles. Pour ma compilation Cutee B Style, je leur ai proposé plusieurs instrus ils ont pris celle du morceau >. On s?est bien entendu, le maxi> est sorti en coproduction sur ma structure, ils ont vu le travail de mix que j?ai fait, ils m?ont proposé de mixer leur deuxième album Microphonorama qui a été enregistré dans mon studio et j?ai mixé également leur nouvel album TR 303.



J?ai commencé avec des groupes de rap en 89/90, avec Cartel de la rime qui a fait un maxi en 95. J?écoutais surtout du rap français au début des années 90. J?ai bossé avec Fabe, j?ai sorti son premier morceau en 1993, j?ai ensuite mixé son album >. Je bosse également avec La Référence depuis plus de 3 ans, ils ont sorti un maxi et ils sont apparus sur ma compilation >.


Mon premier son sorti sur disque c?était en 1993 avec Yellow Production, à l?époque Chris de French Kiss, qui deviendra plus tard Bob Sinclar, et Dj Yellow avaient monté leur label, j?avais du matos au niveau studio, eux aussi, on s?est mis ensemble, on a sorti l?album > sur lequel il y avait East et Cut Killer, Fabe et E-Komba. J?avais produit tout l?album en collaboration avec Chris. J?ai continué avec Yellow pendant 2/3 ans, j?ai monté ma structure parallèlement en sortant mon premier maxi avec Fabe, Justy, Cartel de la rime et aussi Poète Hop Jazz le groupe dont faisait Vibe. En 1995, j?ai gagné en parallèle deux concours de remix, Nas et Zhané, c?est là ou il y a eu un virage vers le r?n?b, Zhané était chez Motown France, ils m?ont proposé des remixes pour Boys II Men , j?en ai fait 2 et ça a donné ensuite la compilation Motown New Flava, j?ai également remixé Melaaz. On m?a collé tout de suite une étiquette r?n?b à ce moment là. J?ai continué à bosser avec Fabe, Driver et puis j ?ai sorti ma compilation Cutee B Style à l?automne 2000, avec un tracklisting américain assez underground ce qui a peut être brouillé un peu les pistes, ce qui fait qu?au final les gens ne savent pas trop où me situer.



Le studio et le travail d?ingé son.
J?ai monté mon studio petit à petit, le passage de home studio à vrai studio s?est fait en 98, avant j?étais chez moi avec le même matos y?avait pas de différence de qualité, ça faisait juste moins pro de faire enregistrer les gars dans mon salon. J?ai pas de formation d?ingé son, j?ai appris sur le tard, tous les albums de Yellow Productions c?est moi qui les ai mixé au début avec très peu de matos. On apprend beaucoup une fois que le morceau est sorti et que tu l?entends en boîte, tu vois là où sont les défauts au niveau de la profondeur, de la largeur du son. J?ai également beaucoup appris quand je suis allé faire mixer des morceaux que j?avais produit chez d?autres ingé son. C?est le cas d?Hasheem dont j?avais produit l?album et qui a été mixé par Paul Logus, un américain qui mixait pour Zapp à l?époque et qui a mixé pour Bad Boy, 112?j?ai beaucoup appris en regardant également le travail de mix de Tony Mazerati qui a mixé l?album de Melgroove et qui est l?ingé son de R Kelly depuis longtemps, un des meilleurs ingé son pour moi.



Le mix consiste en quoi exactement ?
Quand tu mixes un morceau, tu as a une piste séparée pour chaque son, la grosse caisse, la caisse claire, le charley, la basse, le clavier, chaque voix, les backs, tout ça revient sur un curser différent et c?est à toi de faire les niveaux de la musique, des voix, tu mets des effets, delay, reverbe. Il y a également le travail de compression qui donne ou enlève de la dynamique, l?équalisation des basses et des aïgues, voilà le travail du mix pour arriver à un truc final sur deux pistes, cd, vinyl ou dat qui soit cohérent, beau et qui ait de la patate.


L?oreille est primordiale. Celui qui connaît la technique du mix mais qui n?a pas l?oreille ne fera jamais rien de bon. Après quelqu?un qui a l?oreille mais qui ne connaît pas la technique aura quelques limites notamment pour la compression, faut s?y connaître un peu, les machines sont complexes, y?a quelques petites règles à savoir. Selon le son que tu traites, tu n?utilises pas le même compresseur sur une voix et sur une grosse caisse, il faut un compresseur plus lent et plus doux sur la voix, plus dur pour la grosse caisse, c?est pas les mêmes machines ni les mêmes marques, il te faut un matériel adapté à chaque son que tu traites. C?est d?ailleurs pour ça qu?un bon studio coûte cher. Un compresseur pas terrible coûte 1000 balles, un bon compresseur, 30 000. Quand tu vois qu?il t?en faut 5 ou 6 ça revient très cher. Le passage de l?analogique au numérique vers 96 a marqué une évolution énorme, avec la premier console numérique Yamaha O2R, les gens se sont équipés en numérique dans leur home studio.



Quel est le résultat d?un album mal mixé ?
Le commun des mortels peut pas forcément s?en rendre compte, y?a beaucoup de morceaux mal mixés qui marchent bien, le mix c?est un truc artistique. Dans le même délire, c?est pas forcément les gens qui chantent le mieux qui vendent le plus de disque. Le mix c?est pareil, y?a le plaisir artistique pour le producteur du disque, par exemple Drixxxé qui avait envie d?entendre les morceaux telles qu?il l?imaginait, d?une certaine manière. C?est assez frustrant quand l?ingé son ne mixe pas tes sons de la façon dont tu les imaginais. Après les morceaux passent à la radio et sont hyper compressés, le morceau que t?entends à la radio ne sortira pas de la même façon sur ta chaîne, pareil dans une chaîne ou un autoradio avec des mauvaises enceintes, tu ne pourras pas te rendre compte de la qualité d?un mix. Par contre quand tu vas en soirée, là tu entends la différence entre un morceau bien mixé et un morceau mal mixé.


Drixxxé avait des exigences particulières au niveau du mix, ses sons sont assez crades notamment ses caisses claires, ça amène forcément un mix différent d?un morceau de r?n?b dont le mix est plus brillant, plus clair. Il voulait un rendu très live sur cet album, avec une ambiance seventies. En général les mecs dans le rap français arrivent et veulent juste que leur son pète, point barre. C?est assez rare en France, des producteurs, des groupes qui attachent cette importance au mix. Ca c?est bien passé avec Drixxxé sur les deux derniers albums, j?ai compris ce qu?il voulait et je suis allé dans le bon sens. Il a un son particulier notamment au niveau des sons qu?ils samplent ou des mélodies qu?il joue, le travail au niveau des musiques est beaucoup plus léché que la majeure partie des groupes qui font du rap français.




La différence entre le mix d?un morceau hiphop et d?un morceau house ?
Faut écouter d?une musique pour pouvoir la mixer. Un mec qui n?écoute que du rap ne saura pas bien mixer un morceau de house. Mais y?a pas de particularité dans les deux cas il faut que le son soit large, beau et qu?il pète. Dans la house, disons qu?il y a un jeu omniprésent dans le beat entre les charleys pieds/caisse claire, les charleys sont assez forts pour que ça donne un espèce de groove, alors que dans le rap les charleys peuvent être en retrait, y?a même de morceaux sans charleys ce qui n?est jamais le cas dans la house où les charleys font pratiquement tout.



Y-a t-il une différence de niveau entre le mix français et le mix américain ?
Chaque pays a son mix, les anglais ont un son, les ricains, les français aussi. C?est plus une histoire de culture que d?avance. Par exemple Primo, quand t?écoutes ses sons, ses mixes sont pourris mais l?énergie dans la programmation te donne l?impression que l?instru pète. Mets un truc de Premier et après un truc de R Kelly sur de bonnes enceintes tu vas voir la différence du mix. Pareil pour Neptunes, le travail de mix est pas terrible, le son est pas large, y?a pas de bas mais pareil l?énergie de la programmation est impressionnante, et c?est là dessus que les américains font la différence avec les français par exemple. A l?inverse les productions de Timbaland ou de Dre sont très bien mixées



L?importance du mastering ?
Le mastering est l?étape après le mix. A la base c?était pour mettre tes sons sur vinyle. Il faut une machine particulière pour créer la matrice de ton vinyl que tu graves et que la personne envoie ensuite au pressage. Cette machine coûte cher et tu ne la trouves que dans les boîtes qui font du mastering. Il faut également faire un equi un peu particulier parce qu?il y a des fréquences que le vinyl n?accepte pas, dans les aigus notamment. Celui qui fait le mastering t?enlève quelques fréquences, compresse, rééquilibre et il te met ton son à une norme. Selon le studio ou tu mixes, ton son va sortir différemment en fonction de l?acoustique de la pièce notamment. Le mastering te met le son à une norme, il te met tout au même niveau pour que ton morceau sonne pareil quelque soit le support sur lequel tu le passes. Pour du vinyl il faut connaître techniquement le travail de mastering, pour un cd je pourrais le faire, j?ai la machine qu?ils utilisent Les américains sont très forts en mastering mais les anglais également, ils ont un son un peu plus creusé dans les médiums mais ils ont un gros son. Beaucoup de producteurs français de house vont faire leur mastering à Londres et font presser leurs disques en Angleterre.



Cutee B, dj.
Je suis devenu dj quasiment en même temps que mon travail de production. J?ai chopé des platines et 6 mois après j?achetais un synthé. J?ai fait les championnats DMC français en 90 91 et 92 j?ai terminé 4é, 3é, et premier ex aequo avec Dj Spirit à la Coupe de France au Bataclan à Paris, c?est ce jour là que je me suis fait connaître sur Paris. J?ai continué les platines, je continue à scratcher, avec l?arrivé du flare, du trois doigts je m?y suis remis pour rester au niveau. J?ai été Dj officiel de Scred Connection à l?époque de Fabe pendant un an ou deux avant que Pone ne devienne leur Dj. Pour Triptik disons que sur les deux albums, à chaque fois ça se faisait spontanément, le jour ou on mixait tel morceau il arrivaient et ils me disaient qu?ils voulaient que je scratche sur celui là, je le savais le jour même et je faisais ça au feeling. En général mes productions ne me donne pas la possibilité de scratcher donc quand je peux le faire sur des productions qui s?y prêtent plus comme celle de Drixxxé je me lâche comme sur le morceau >.l?instru m?inspirait, j?ai essayé de retranscrire ce que fait un bug avec le rythme en plus en utilisant des bruits de sirènes et de timecode.



Cutee B, musicien et trompettiste
Je fais du clavier depuis longtemps je m?y suis remis au moment ou j?ai acheté mon synthé, j?ai pris des cours, j?ai bossé mon piano mes accords. Auparavant j?avais fait de la trompette vers 9/10 ans. A 20 ans je me suis mis à la guitare, j?en ai fait pendant 2 ans et puis je me suis dit que c?était pas fait pour moi. Je me suis remis à la trompette vers 22 ans en bossant avec le même prof de jazz que pour la guitare, il m?apprenait vraiment les harmonies jazz. Vers 92/93 je m?y suis mis à fond, 5 heures de trompette par jour. J?écoutais énormément de jazz, je jouais dans deux big bands, trois fois par semaine. Mes grandes références sont Chet Baker et Miles Davis. J?aime beaucoup la période be-bop 1958/69, après y?a eu une période barrée que j?aime mais qui me saoûle plus vite, et puis après j?aime bien les trucs jazz/rock des années 80 avec des jazzman comme Tom Brown et Georges Duke. Y?a trois, quatre albums qui sont sortis sur Yellow en 94, 95, sur lesquels je joue de la trompette. Sur un morceau de l?album TR 303, Drixxé avait joué un son de trompette au clavier, il m?a demandé de la rejouer et j?ai joué une mélodie improvisée à la fin du morceau. Drixxxé avait en tête une mélodie bien précise de trompette, qu?il ne trouvait pas en sample et la trompette ne peut pas être rejoué au clavier, le rendu est horrible.



Qu?est ce que t?apportes le fait de jouer d?un instrument dans ta façon de produire ?
J?ai beaucoup de mal à mélanger les genres et à jouer d?un instrument par exemple quand je produis un morceau de rap. Ca viendra sûrement avec le temps et je ferais à ce moment là un album de productions qui mélangera mes influences. Après le principal apport dans le fait de jouer de la musique, c?est que je vais très vite, tu me donnes un sample et tu me demandes de faire une ligne de basse, je la fait en 2 minutes alors qu?un mec qui ne connaît pas la musique va te faire la même mais il mettra 3 ou 4 heures en procèdant par tatonnement. Le fait de jouer d?un instrument t?évites également que tes instrus sonnent faux. Y?avait une époque dans le rap français, plus maintenant, où certaines mélodies sonnaient fausses, le violon qui n?allait pas avec la ligne de basse, parce que les producteurs ne connaissaient pas la musique, ne savaient pas travailler les accords et les harmonies. Pareil, quand tu dois travailler les harmonies, par exemple en r?n?b, tu peux être limité par le travail de sampling. Si une chanteuse te demande de baisser de tonalité parce que le son est trop haut , tu peux être bloqué par le sample. Il faut à ce moment là baisser le tune, le timestrecher pour qu?il reste à la même vitesse et ça peut dénaturer ton son. Si ta mélodie est jouée au clavier, tu peux monter sans problème de 3 ou 4 tons, avec un sample tu ne peux pas le faire.



Des artistes dont tu aimes particulièrement le travail de production ?
Pour les années 80, y?a Quincy Jones. Teddy Riley a vraiment amené un son différent, futuriste avec l?album de Guy > et ensuite avec le premier album de Blackstreet. Après j?aime les productions de Timbaland, Neptunes, qui sont allés plus loin au niveau des harmonies sur l?album de Justin Timberlake ; Just Blaze, Mario Winans qui produit la majeure partie des sons de P Diddy. Y?a également Rodney Jerkins aka Darkchild qui avait vraiment produit des sons mortels pour Brandy par exemple.



Tes projets.
J?ai produit et mixé trois morceaux pour l?album de Willy Denzel. J?ai produit le single de Leslie, >.. Je sors également chez Wagram une compilation mixée de 4 cd de classiques hiphop français et américain. Je produis également un chanteur de r?n?b qui s?appelle Ilane. Je continue à bosser avec le groupe de rap La Référence. J?ai mixé le nouvel album de Dj Cam.


Pour en savoir plus : http://www.cuteeb.com


Share This