L'enfer Gazaoui...

L'enfer Gazaoui...

« posted: 17 septembre 2009, 22:47 »
Bon ben si vous voulez un bon plan hypocrisie ça tombe bien car Benjamin Nétanyahou est en pleine forme....
Je précise tout de même que les roquettes toutes pourries balancées sur Israël depuis Gaza (car les Qassam pour nous en fait c'est un sujet de dérision...de vraies pétoires), avaient en tout et pour tout fait 4 morts en 6 mois avant que les dirigeants israéliens ne décident de punir la population de Gaza....et ne fassent 1500 morts en 1 mois dont au moins 50% de civils et parmi eux 450 enfants.



Gaza : Benjamin Nétanyahou appelle les dirigeants internationaux à rejeter le rapport de l'ONU
Par Mark Lavie

Le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a appelé jeudi soir la communauté internationale à rejeter le rapport d'enquête de l'ONU sur l'offensive israélienne dans la Bande de Gaza.
S'exprimant à la télévision à l'occasion du Nouvel An juif, M. Nétanyahou a déploré que le rapport d'enquête publié mardi à Genève ne mentionne par le retrait d'Israël de la Bande de Gaza en 2005 et les années d'attaques à la roquette qui ont précédé l'offensive israélienne de l'hiver dernier.

"Je dis donc aux dirigeants internationaux: vous nous dîtes que vous soutenez notre droit à l'auto-défense. Ne nous dîtes pas ça après le prochain accord, dites-le maintenant", a déclaré M. Nétanyahou sur Channel 2. "Rejetez les conclusions de cette commission".

Selon ce rapport, l'enquête menée par l'ancien juge sud-africain Richard Goldstone a établi qu'"Israël avait commis des actions qui équivalaient à des crimes de guerre, peut-être des crimes contre l'humanité", au cours de l'opération "Plomb durci" menée du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009 dans la Bande de Gaza.

Le document de 575 pages conclut également que des "groupes armés palestiniens ont commis des crimes de guerre, et peut-être aussi des crimes contre l'humanité" en tirant des roquettes sur le sud d'Israël.

Jeudi soir, Benjamin Nétanyahou a également appelé les dirigeants internationaux à s'opposer à de possibles inculpations de soldats et responsables israéliens évoquées par le rapport onusien. Estimant qu'il s'agirait d'un "coup à la lutte contre le terrorisme", il a estimé que d'autres pays pourraient à leur tour voir leurs militaires inculpés lors d'opérations du même genre.

A Washington, le porte-parole du département d'Etat P.J. Crowley a dit espérer que le rapport Goldstone ne deviendrait pas un obstacle à la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens. Il a fait état de "préoccupations sur le contenu du rapport" à Washington, mais n'a donné aucun autre détail. AP

« Modifié: 18 septembre 2009, 09:32 par OLD-ON »

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #1 posted: 17 septembre 2009, 23:00 »
J'ai adoré pendant le conflit lire des articles faits par des Israéliens sur le sujet....ça fait énormément plaisir de savoir que pleins d'intellectuels, d'associations, d'anciens appelés, se battent aussi là-bas contre la politique de colonisation et d'occupation....cet article est absolument passionnant :


"How Israel brought Gaza to the brink of humanitarian catastrophe"

<http://www.guardian.co.uk/world/2009/jan/07/gaza-israel-palestine

How Israel brought Gaza to the brink of humanitarian catastrophe
Oxford professor of international relations Avi Shlaim served in the
Israeli army and has never questioned the state's legitimacy. But its
merciless assault on Gaza has led him to devastating conclusions

Avi Shlaim
The Guardian, Wednesday 7 January 2009
Article history



The only way to make sense of Israel's senseless war in Gaza is
through understanding the historical context. Establishing the state
of Israel in May 1948 involved a monumental injustice to the
Palestinians. British officials bitterly resented American
partisanship on behalf of the infant state. On 2 June 1948, Sir John
Troutbeck wrote to the foreign secretary, Ernest Bevin, that the
Americans were responsible for the creation of a gangster state headed
by "an utterly unscrupulous set of leaders". I used to think that this
judgment was too harsh but Israel's vicious assault on the people of
Gaza, and the Bush administration's complicity in this assault, have
reopened the question.

I write as someone who served loyally in the Israeli army in the
mid-1960s and who has never questioned the legitimacy of the state of
Israel within its pre-1967 borders. What I utterly reject is the
Zionist colonial project beyond the Green Line. The Israeli occupation
of the West Bank and the Gaza Strip in the aftermath of the June 1967
war had very little to do with security and everything to do with
territorial expansionism. The aim was to establish Greater Israel
through permanent political, economic and military control over the
Palestinian territories. And the result has been one of the most
prolonged and brutal military occupations of modern times.

Four decades of Israeli control did incalculable damage to the economy
of the Gaza Strip. With a large population of 1948 refugees crammed
into a tiny strip of land, with no infrastructure or natural
resources, Gaza's prospects were never bright. Gaza, however, is not
simply a case of economic under-development but a uniquely cruel case
of deliberate de-development. To use the Biblical phrase, Israel
turned the people of Gaza into the hewers of wood and the drawers of
water, into a source of cheap labour and a captive market for Israeli
goods. The development of local industry was actively impeded so as to
make it impossible for the Palestinians to end their subordination to
Israel and to establish the economic underpinnings essential for real
political independence.

Gaza is a classic case of colonial exploitation in the post-colonial
era. Jewish settlements in occupied territories are immoral, illegal
and an insurmountable obstacle to peace. They are at once the
instrument of exploitation and the symbol of the hated occupation. In
Gaza, the Jewish settlers numbered only 8,000 in 2005 compared with
1.4 million local residents. Yet the settlers controlled 25% of the
territory, 40% of the arable land and the lion's share of the scarce
water resources. Cheek by jowl with these foreign intruders, the
majority of the local population lived in abject poverty and
unimaginable misery. Eighty per cent of them still subsist on less
than $2 a day. The living conditions in the strip remain an affront to
civilised values, a powerful precipitant to resistance and a fertile
breeding ground for political extremism.

In August 2005 a Likud government headed by Ariel Sharon staged a
unilateral Israeli pullout from Gaza, withdrawing all 8,000 settlers
and destroying the houses and farms they had left behind. Hamas, the
Islamic resistance movement, conducted an effective campaign to drive
the Israelis out of Gaza. The withdrawal was a humiliation for the
Israeli Defence Forces. To the world, Sharon presented the withdrawal
from Gaza as a contribution to peace based on a two-state solution.
But in the year after, another 12,000 Israelis settled on the West
Bank, further reducing the scope for an independent Palestinian state.
Land-grabbing and peace-making are simply incompatible. Israel had a
choice and it chose land over peace.



« Modifié: 17 septembre 2009, 23:04 par OLD-ON »

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #2 posted: 17 septembre 2009, 23:01 »
The real purpose behind the move was to redraw unilaterally the
borders of Greater Israel by incorporating the main settlement blocs
on the West Bank to the state of Israel. Withdrawal from Gaza was thus
not a prelude to a peace deal with the Palestinian Authority but a
prelude to further Zionist expansion on the West Bank. It was a
unilateral Israeli move undertaken in what was seen, mistakenly in my
view, as an Israeli national interest. Anchored in a fundamental
rejection of the Palestinian national identity, the withdrawal from
Gaza was part of a long-term effort to deny the Palestinian people any
independent political existence on their land.

Israel's settlers were withdrawn but Israeli soldiers continued to
control all access to the Gaza Strip by land, sea and air. Gaza was
converted overnight into an open-air prison. From this point on, the
Israeli air force enjoyed unrestricted freedom to drop bombs, to make
sonic booms by flying low and breaking the sound barrier, and to
terrorise the hapless inhabitants of this prison.

Israel likes to portray itself as an island of democracy in a sea of
authoritarianism. Yet Israel has never in its entire history done
anything to promote democracy on the Arab side and has done a great
deal to undermine it. Israel has a long history of secret
collaboration with reactionary Arab regimes to suppress Palestinian
nationalism. Despite all the handicaps, the Palestinian people
succeeded in building the only genuine democracy in the Arab world
with the possible exception of Lebanon. In January 2006, free and fair
elections for the Legislative Council of the Palestinian Authority
brought to power a Hamas-led government. Israel, however, refused to
recognise the democratically elected government, claiming that Hamas
is purely and simply a terrorist organisation.

America and the EU shamelessly joined Israel in ostracising and
demonising the Hamas government and in trying to bring it down by
withholding tax revenues and foreign aid. A surreal situation thus
developed with a significant part of the international community
imposing economic sanctions not against the occupier but against the
occupied, not against the oppressor but against the oppressed.

As so often in the tragic history of Palestine, the victims were
blamed for their own misfortunes. Israel's propaganda machine
persistently purveyed the notion that the Palestinians are terrorists,
that they reject coexistence with the Jewish state, that their
nationalism is little more than antisemitism, that Hamas is just a
bunch of religious fanatics and that Islam is incompatible with
democracy. But the simple truth is that the Palestinian people are a
normal people with normal aspirations. They are no better but they are
no worse than any other national group. What they aspire to, above
all, is a piece of land to call their own on which to live in freedom
and dignity.

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #3 posted: 17 septembre 2009, 23:02 »
Like other radical movements, Hamas began to moderate its political
programme following its rise to power. From the ideological
rejectionism of its charter, it began to move towards pragmatic
accommodation of a two-state solution. In March 2007, Hamas and Fatah
formed a national unity government that was ready to negotiate a
long-term ceasefire with Israel. Israel, however, refused to negotiate
with a government that included Hamas.

It continued to play the old game of divide and rule between rival
Palestinian factions. In the late 1980s, Israel had supported the
nascent Hamas in order to weaken Fatah, the secular nationalist
movement led by Yasser Arafat. Now Israel began to encourage the
corrupt and pliant Fatah leaders to overthrow their religious
political rivals and recapture power. Aggressive American
neoconservatives participated in the sinister plot to instigate a
Palestinian civil war. Their meddling was a major factor in the
collapse of the national unity government and in driving Hamas to
seize power in Gaza in June 2007 to pre-empt a Fatah coup.

The war unleashed by Israel on Gaza on 27 December was the culmination
of a series of clashes and confrontations with the Hamas government.
In a broader sense, however, it is a war between Israel and the
Palestinian people, because the people had elected the party to power.
The declared aim of the war is to weaken Hamas and to intensify the
pressure until its leaders agree to a new ceasefire on Israel's terms.
The undeclared aim is to ensure that the Palestinians in Gaza are seen
by the world simply as a humanitarian problem and thus to derail their
struggle for independence and statehood.

The timing of the war was determined by political expediency. A
general election is scheduled for 10 February and, in the lead-up to
the election, all the main contenders are looking for an opportunity
to prove their toughness. The army top brass had been champing at the
bit to deliver a crushing blow to Hamas in order to remove the stain
left on their reputation by the failure of the war against Hezbollah
in Lebanon in July 2006. Israel's cynical leaders could also count on
apathy and impotence of the pro-western Arab regimes and on blind
support from President Bush in the twilight of his term in the White
House. Bush readily obliged by putting all the blame for the crisis on
Hamas, vetoing proposals at the UN Security Council for an immediate
ceasefire and issuing Israel with a free pass to mount a ground
invasion of Gaza.

As always, mighty Israel claims to be the victim of Palestinian
aggression but the sheer asymmetry of power between the two sides
leaves little room for doubt as to who is the real victim. This is
indeed a conflict between David and Goliath but the Biblical image has
been inverted - a small and defenceless Palestinian David faces a
heavily armed, merciless and overbearing Israeli Goliath. The resort
to brute military force is accompanied, as always, by the shrill
rhetoric of victimhood and a farrago of self-pity overlaid with
self-righteousness. In Hebrew this is known as the syndrome of bokhim
ve-yorim, "crying and shooting".

To be sure, Hamas is not an entirely innocent party in this conflict.
Denied the fruit of its electoral victory and confronted with an
unscrupulous adversary, it has resorted to the weapon of the weak -
terror. Militants from Hamas and Islamic Jihad kept launching Qassam
rocket attacks against Israeli settlements near the border with Gaza
until Egypt brokered a six-month ceasefire last June. The damage
caused by these primitive rockets is minimal but the psychological
impact is immense, prompting the public to demand protection from its
government. Under the circumstances, Israel had the right to act in
self-defence but its response to the pinpricks of rocket attacks was
totally disproportionate. The figures speak for themselves. In the
three years after the withdrawal from Gaza, 11 Israelis were killed by
rocket fire. On the other hand, in 2005-7 alone, the IDF killed 1,290
Palestinians in Gaza, including 222 children.

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #4 posted: 17 septembre 2009, 23:03 »
Whatever the numbers, killing civilians is wrong. This rule applies to
Israel as much as it does to Hamas, but Israel's entire record is one
of unbridled and unremitting brutality towards the inhabitants of
Gaza. Israel also maintained the blockade of Gaza after the ceasefire
came into force which, in the view of the Hamas leaders, amounted to a
violation of the agreement. During the ceasefire, Israel prevented any
exports from leaving the strip in clear violation of a 2005 accord,
leading to a sharp drop in employment opportunities. Officially, 49.1%
of the population is unemployed. At the same time, Israel restricted
drastically the number of trucks carrying food, fuel, cooking-gas
canisters, spare parts for water and sanitation plants, and medical
supplies to Gaza. It is difficult to see how starving and freezing the
civilians of Gaza could protect the people on the Israeli side of the
border. But even if it did, it would still be immoral, a form of
collective punishment that is strictly forbidden by international
humanitarian law.

The brutality of Israel's soldiers is fully matched by the mendacity
of its spokesmen. Eight months before launching the current war on
Gaza, Israel established a National Information Directorate. The core
messages of this directorate to the media are that Hamas broke the
ceasefire agreements; that Israel's objective is the defence of its
population; and that Israel's forces are taking the utmost care not to
hurt innocent civilians. Israel's spin doctors have been remarkably
successful in getting this message across. But, in essence, their
propaganda is a pack of lies.
A wide gap separates the reality of Israel's actions from the rhetoric
of its spokesmen. It was not Hamas but the IDF that broke the
ceasefire. It di d so by a raid into Gaza on 4 November that killed
six Hamas men. Israel's objective is not just the defence of its
population but the eventual overthrow of the Hamas government in Gaza
by turning the people against their rulers. And far from taking care
to spare civilians, Israel is guilty of indiscriminate bombing and of
a three-year-old blockade that has brought the inhabitants of Gaza,
now 1.5 million, to the brink of a humanitarian catastrophe.

The Biblical injunction of an eye for an eye is savage enough. But
Israel's insane offensive against Gaza seems to follow the logic of an
eye for an eyelash. After eight days of bombing, with a death toll of
more than 400 Palestinians and four Israelis, the gung-ho cabinet
ordered a land invasion of Gaza the consequences of which are
incalculable.

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #5 posted: 17 septembre 2009, 23:03 »
No amount of military escalation can buy Israel immunity from rocket
attacks from the military wing of Hamas. Despite all the death and
destruction that Israel has inflicted on them, they kept up their
resistance and they kept firing their rockets. This is a movement that
glorifies victimhood and martyrdom. There is simply no military
solution to the conflict between the two communities. The problem with
Israel's concept of security is that it denies even the most
elementary security to the other community. The only way for Israel to
achieve security is not through shooting but through talks with Hamas,
which has repeatedly declared its readiness to negotiate a long-term
ceasefire with the Jewish state within its pre-1967 borders for 20,
30, or even 50 years. Israel has rejected this offer for the same
reason it spurned the Arab League peace plan of 2002, which is still
on the table: it involves concessions and compromises.

This brief review of Israel's record over the past four decades makes
it difficult to resist the conclusion that it has become a rogue state
with "an utterly unscrupulous set of leaders". A rogue state
habitually violates international law, possesses weapons of mass
destruction and practises terrorism - the use of violence against
civilians for political purposes. Israel fulfils all of these three
criteria; the cap fits and it must wear it. Israel's real aim is not
peaceful coexistence with its Palestinian neighbours but military
domination. It keeps compounding the mistakes of the past with new and
more disastrous ones. Politicians, like everyone else, are of course
free to repeat the lies and mistakes of the past. But it is not
mandatory to do so.

• Avi Shlaim is a professor of international relations at the
University of Oxford and the author of The Iron Wall: Israel and the
Arab World and of Lion of Jordan: King Hussein's Life in War and
Peace.

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #6 posted: 17 septembre 2009, 23:07 »
Dernier article par Amira Hass qui est une journaliste très à gauche qui travaille pour Haaretz...elle a pour moi produit les meilleurs articles sur le sort de Gaza pendant le conflit...


  "L’histoire n’a pas commencé avec les Qassam" 
Amira Hass (Haaretz)
L’histoire n’a pas commencé avec les Qassam. Mais pour nous, Israéliens [juifs], l’histoire commence toujours au moment où les Palestiniens nous font souffrir et la douleur est alors totalement sortie de son contexte. Nous pensons que si nous occasionnons aux Palestiniens une douleur décuplée, ils finiront par retenir la leçon. Et il y en a pour appeler cela un succès, un exploit, une prouesse.
Néanmoins, la « leçon » reste une abstraction pour la majorité des Israéliens. Les médias israéliens ont prescrit à leurs consommateurs une diète stricte à la fois pauvre en information et pauvre en matière de vérité mais riche en généraux et leurs imitateurs. Pleins de modestie, ils ne font pas valoir les exploits : les enfants tués et les corps qui se décomposent sous les décombres ; les blessés qui meurent lentement en perdant leur sang parce que nos soldats ouvrent le feu sur des équipes de secours ; les gamines qu’il a fallu amputer des jambes à cause de blessures terribles dues à toutes sortes d’armes inquiétantes ; les pères bouleversés et en pleurs ; les quartiers d’habitation qui ont été rasés ; les terribles brûlures dues au phosphore blanc ; ou encore le transfert en petit avec des dizaines de milliers de personnes ont été expulsées ou qui sont expulsées en ce moment même de leurs maisons avec pour ordre de se concentrer dans un espace bâti qui ne cesse de se réduire et qui, lui aussi, est condamné à être bombardé sans arrêt.
Depuis l’instauration de l’Autorité Palestinienne, la machine israélienne des porte-paroles n’a cessé de grossir la menace militaire que les Palestiniens faisaient peser sur nous. Et lorsqu’ils passent de la pierre au fusil ou du cocktail Molotov à l’attentat suicide, de la charge explosive placée en bord de chemin au Qassam et du Qassam au Grad, et de l’OLP au Hamas, on dit chez nous, en claironnant victoire : « On vous l’avait bien dit. Ce sont des antisémites. » Et puisqu’il en est ainsi, il nous est permis de nous déchaîner.
Ce qui rend possible le déchaînement militaire israélien – dont le dictionnaire que je possède n’offre pas de mots pour le décrire – c’est le processus graduel d’isolement de Gaza. Cette coupure a transformé les Gazaouis en objets abstraits, sans nom ni adresse à l’exception de celle des hommes armés, et sans Histoire en dehors des dates que les gens de la Sûreté israélienne (Shabak) fixent pour eux. Le blocus de Gaza n’a pas débuté quand le Hamas a pris le contrôle des organes de sécurité dans la Bande de Gaza, ni quand Gilad Shalit a été capturé, ni quand le Hamas a été élu lors d’élections démocratiques. Le blocus ( de Gaza) a commencé en 1991, avant les attentats-suicides, et depuis lors, il n’a cessé de se sophistiquer pour atteindre son sommet en 2005.
La machine israélienne des porte-paroles a joyeusement présenté le désengagement comme l’abolition de l’occupation, en ignorant effrontément les faits. L’isolement et le bouclage ont été présentés comme une nécessité militaire. Mais nous sommes tout de même de grands enfants et nous savons que la nécessité militaire et les mensonges constants servent des objectifs politiques. L’objectif d’Israël était de faire échouer la solution à deux Etats que le monde espérait voir se concrétiser avec la fin de la guerre froide en 1990 – une solution qui n’était pas parfaite mais à laquelle les Palestiniens étaient alors prêts.
Gaza, ce n’est pas une puissance militaire qui aurait attaqué un petit voisin n’aspirant qu’à la paix, Israël. Gaza est un territoire qu’Israël a envahi en 1967, en même temps que la Cisjordanie. Ses habitants font partie du peuple palestinien qui a perdu sa patrie et sa terre en 1948.
En 1993, Israël a eu une occasion en or, une occasion unique, de démontrer au monde que ce qu’on disait de lui n’était pas vrai. Qu’il n’est pas un Etat colonialiste par nature. Qu’expulser un peuple de sa terre, chasser des gens de leurs maisons, voler des terres palestiniennes pour y installer des Juifs, ne constituait pas le fondement de son existence et de son essence. Dans les années 90, Israël a eu une occasion de démontrer que 1948 n’était pas son paradigme. Israël a manqué cette occasion, en ne faisant que perfectionner sa méthode de vol des terres et d’expulsion hors des maisons et en entassant les Palestiniens dans des enclaves coupées les unes des autres. Aujourd’hui, en ces jours sombres, Israël démontre que l’année 1948 ne s’est pas encore achevée.
Amira Hass
Haaretz, le 14 janvier 2009



« Modifié: 18 septembre 2009, 09:33 par OLD-ON »

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #7 posted: 18 septembre 2009, 03:20 »
Tu es assez bon en COLLAGE en faite...tu es surprenant!

« Modifié: 18 septembre 2009, 03:31 par Francilien »

Savons nous pour qui l'on pense?

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #8 posted: 18 septembre 2009, 09:30 »
Oui....c'est même ce que je fais de mieux !!

Par ailleurs,
j'espère que ces articles vont t'intéresser....n'hésite pas à me donner un retour sur ces textes. :)

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #9 posted: 19 septembre 2009, 00:45 »
Par contre,
répondre à la violence de l'Etat israélien en utilisant le pire des discours révisioniste d'extrême-droite...ça me fait mal au coeur pour les gens qui souffrent en Palestine....on a pas besoin de ce genre de défenseur....inchaâlah les réformateurs ne vont pas tous se faire exterminer après ce scrutin totalement truqué....Ahmadinejad est juste un ennemi qui se sert du peuple Palestinien pour faire monter sa propre sauce et faire oublier ce qu'il vient de faire subir à son propre peuple.
Je peux vous dire que pour Aid Al-Fitr il ne fera pas parti de mes étoiles  ;D :


Mahmoud Ahmadinejad nie de nouveau la Shoah (Reuters 17-09-2009)
il y a 4 heures 40 min

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a de nouveau nié l'Holocauste qu'il a qualifié de "faux prétexte" à la création d'Israël, lors de rassemblements anti-israéliens marqués par des affrontements entre opposants et forces de l'ordre.

"Le prétexte à la création du régime sioniste est faux (...) C'est un mensonge basé sur une affirmation infondée et relevant du mythe", a déclaré Ahmadinejad à des fidèles réunis à l'université de Téhéran à l'occasion de la Journée d'Al Qods, ou Journée de Jérusalem.

"Affronter le régime sioniste est un devoir national et religieux", a ajouté le président iranien.

Depuis son arrivée au pouvoir, en 2005, Mahmoud Ahmadinejad a plusieurs fois suscité la réprobation de la communauté internationale en déclarant que la Shoah était un "mythe" et Israël une "tumeur" au Proche-Orient.

Son gouvernement avait organisé en 2006 une conférence négationniste questionnant le meurtre de six millions de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Modifié: 19 septembre 2009, 01:15 par OLD-ON »

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #10 posted: 19 septembre 2009, 00:45 »
Les détracteurs en Iran du président ultraconservateur, dont la réélection le 12 juin est contestée par l'opposition, estiment que ces prises de position ont isolé la République islamique sur la scène internationale.

Dans son discours, diffusé en direct à la radio, Ahmadinejad a lancé une mise en garde aux pays arabes et musulmans contre un quelconque accord avec Israël.

"Ce régime ne durera pas longtemps. Ne liez pas votre sort à lui. Ce régime n'a pas d'avenir. Son existence doit arriver à son terme", a-t-il dit.

"CE RÉGIME N'A PAS D'AVENIR"

A Paris, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a qualifié les propos du président iranien d'"inacceptables et choquants". "Nous les condamnons avec la plus grande fermeté", a-t-il dit lors d'un point de presse.

A Washington, Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche, a lui aussi condamné les propos d'Ahmadinejad, ajoutant qu'ils "ne servent qu'à isoler encore davantage l'Iran" du reste du monde.

A Berlin, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a jugé les déclarations du président iranien "inacceptables". "Avec ses tirades intolérables, il est une honte pour son pays. Ce pur antisémitisme exige notre condamnation collective. Nous continuerons à l'avenir de nous y opposer résolument", a dit le chef de la diplomatie allemande.

La nouvelle déclaration de Mahmoud Ahmadinejad contre Israël intervient alors que les pays impliqués dans la recherche d'une issue sur la crise du nucléaire iranien tentent de déterminer comment traiter avec Téhéran, en proie à une contestation interne sans précédent depuis la révolution de 1979.

Les puissances occidentales s'inquiètent de l'attitude de "rejet catégorique" de l'Iran face à leurs demandes de suspension de l'enrichissement de l'uranium et de mise en conformité avec les résolutions votées depuis 2006 par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Au lieu de répondre directement à ces demandes, les autorités iraniennes ont remis ce mois-ci aux membres du "5+1" (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne) une proposition de pourparlers englobant les questions politiques, économiques, internationales et sécuritaires mais sans un mot sur leurs programmes nucléaires.

De nouvelles discussions sont prévues le mois prochain. Mais la contestation politique en Iran complique encore la donne.

Vendredi, des affrontements ont opposé à Téhéran des partisans de l'opposition aux forces de sécurité et à des fidèles du président Ahmadinejad pendant les rassemblements de la Journée d'Al Qods en soutien à la cause palestinienne, a rapporté un témoin.

UNE DIZAINE D'ARRESTATIONS

Une dizaine de partisans de l'opposant Mirhossein Moussavi ont été arrêtés dans le centre de la capitale, a-t-il précisé. "Des partisans d'Ahmadinejad frappent des partisans de Moussavi aux abords de la grande avenue Vali-ye Asr (dans le centre de Téhéran). Au moins deux protestataires ont été blessés."

D'autres incidents ont été signalés dans le nord de Téhéran, où des témoins disent que la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Les forces de l'ordre auraient procédé à un nombre indéterminé d'interpellations.

L'ancien président réformateur Mohammad Khatami, qui a participé au rassemblement, a été molesté par des partisans d'une ligne dure. Selon un de ses alliés, ses vêtements ont été partiellement déchirés et il a dû quitter les lieux après que son turban eût valsé par terre.

L'agence de presse officielle Irna a fait savoir que Mirhossein Moussavi ainsi que le réformateur Mehdi Karoubi, autre candidat malheureux au scrutin du 12 juin, avaient également rebroussé chemin après avoir été attaqués par des "personnes en colère".

Les Gardiens de la révolution avaient prévenu jeudi l'opposition iranienne que les autorités répliqueraient "fermement" à d'éventuelles manifestations antigouvernementales au cours des rassemblements de la Journée d'Al Qods.

Mais plusieurs milliers de partisans de Moussavi, reconnaissables à leurs bracelets ou leurs foulards verts, figuraient parmi la foule. "Mort aux dictateurs" ou "Nous sommes prêts à mourir pour l'Iran", scandaient-ils, les doigts formant le V de la victoire.

Le scrutin du 12 juin, qui a été suivi d'immenses manifestations d'opposants, a plongé l'Iran dans une crise politique et mis en évidence de profondes divisions dans la classe dirigeante. Les autorités nient que l'élection ait été truquée.

Version française Jean-Stéphane Brosse, Henri-Pierre André et Jean-Loup Fiévet



Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #11 posted: 19 septembre 2009, 02:44 »
Ah ! Là on peux discuter !  ;D
Ca va chauffer..

Par contre,
répondre à la violence de l'Etat israélien en utilisant le pire des discours révisioniste d'extrême-droite...ça me fait mal au coeur pour les gens qui souffrent en Palestine....on a pas besoin de ce genre de défenseur....inchaâlah les réformateurs ne vont pas tous se faire exterminer après ce scrutin totalement truqué....Ahmadinejad est juste un ennemi qui se sert du peuple Palestinien pour faire monter sa propre sauce et faire oublier ce qu'il vient de faire subir à son propre peuple.
Je peux vous dire que pour Aid Al-Fitr il ne fera pas parti de mes étoiles  ;D :

T'as pas l'impression de t'écarter un peu du sujet ? On est plus trop dans "L'enfer Gazaoui" là.
Bon alors j'ai trois jolis noms en bas de ton article, voyons ce qu'ils me racontent..

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #12 posted: 19 septembre 2009, 04:09 »
Jean-Stéphane, Henri-Pierre et Jean-Loup..
Quels jolis prénoms. Comment dire, ça sonne pas très prolétaire..

Alors pour Jean-Stéphane j'ai trouvé ça, je sais pas si c'est le même mais celui-ci aime le jazz :
http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/p/jean-stephane-brosse,567073.aspx
http://www.virginmega.fr/artiste/jean-stephane-brosse-338130,-1,page1.htm

Sinon il a fait ses études de journalisme au CFJ.
http://www.ancienscfj.com/annuaire/journalistes/1409-jean-stephane-nom.html

Passons à Henri-Pierre. Ancien élève du lycée privé et catholique Saint-Pierre Chanel à Thionville. 100% de réussite au baccalauréat 2009 dont 123 mentions. Je suis allé faire un tour sur leur site ça à l'air sympa. J'ai bien aimé la rubrique "action humanitaire"..
http://copainsdavant.linternaute.com/membre/556013/8460199237/henri_pierre_andre/
http://www.saint-pierre-chanel.fr/spc/pages/present_prj_etab.html

Tiens tiens, Henri-Pierre à lui aussi fait ses études de journalisme au CFJ.
http://www.ancienscfj.com/annuaire/journalistes/1587-henri-pierre-andre.html

Et ce cher Jean-Loup ? Apparemment il est plus discret..

Bon en tout cas ces trois bonhommes travaillent pour l'agence de presse Thomson-Reuters. J'ai l'impression qu'ils ne sont que des traducteurs puisque les dépêches ou leur nom apparaît sont signés "version française de...". Cette histoire de "version française" m'intrigue. Depuis quand faut-il payer trois (voire quatre ou cinq parfois) journalistes pour traduire une dépêche ? Ça colle pas trop avec la logique capitaliste d'une agence de presse comme celle-là..

Thomson-Reuters, agence de presse canadienne. Pour ceux qui seraient pas au courant une agence de presse c'est un grossiste en information.
Citer
Le recours aux agences de presse permet aux journaux et autres publications de fournir notamment des informations sur des pays dans lesquels ils n'ont pas de correspondant, ou sur des activités sur lesquelles ils n'ont pas les moyens d'enquêter eux-mêmes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_de_presse

J'ai un ami qui a travaillé pour l'AFP. C'est le McDo du journalisme. Le moins qu'on puisse dire c'est que ce qui sort d'une agence de presse comme Thomson-Reuters (qui est un bien plus gros matou que l'AFP) n'est pas une information très fiable et approfondie. Tiens en parlant de McDo ça me fait penser à un article d'Acrimed (en passant Old-On je te conseille vivement de te balader un peu sur ce site) :
http://www.acrimed.org/article1497.html

Un lien qui regroupe plusieurs articles d'acrimed traitant des agences de presse :
http://www.acrimed.org/rubrique250.html

« Modifié: 19 septembre 2009, 04:25 par HangOut »

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #13 posted: 19 septembre 2009, 04:21 »
Et pour répondre plus directement à tes propos..

Par contre,
répondre à la violence de l'Etat israélien en utilisant le pire des discours révisioniste d'extrême-droite...ça me fait mal au coeur pour les gens qui souffrent en Palestine....on a pas besoin de ce genre de défenseur....inchaâlah les réformateurs ne vont pas tous se faire exterminer après ce scrutin totalement truqué....Ahmadinejad est juste un ennemi qui se sert du peuple Palestinien pour faire monter sa propre sauce et faire oublier ce qu'il vient de faire subir à son propre peuple.
Je peux vous dire que pour Aid Al-Fitr il ne fera pas parti de mes étoiles  ;D :

Mettons qu'il soit vraiment antisémite. Qu'est-ce qui en ont à branler les palestiniens ? Tu crois qu'y en a pas à Gaza des antisémites ? Moi ce qui me fait mal au cœur pour les palestiniens c'est de voir qu'a chaque fois qu'une personnalité médiatique remet en question les fondements d'Israël il est traité de tous les noms..

Re : L'enfer Gazaoui...

« Réponse #14 posted: 19 septembre 2009, 04:57 »
Sérieusement quand tu lis un article comme ça t'as pas l'impression qu'on te prend pour un con ?

Première phrase :
Citer
Les détracteurs en Iran du président ultraconservateur, dont la réélection le 12 juin est contestée par l'opposition, estiment que ces prises de position ont isolé la République islamique sur la scène internationale.

Traduction :
"Les gens qui critiquent le très criticable président iranien, dont la réélection est critiquée par les hommes politiques de son pays qui le critiquent, estiment que c'est de sa faute si tout le monde le critique.."

Entrée en matière d'une profondeur abyssale..

« Modifié: 19 septembre 2009, 05:27 par HangOut »